Achgabat, Turkménistan

Achgabat, la capitale du Turkménistan, est le plus grand centre administratif, politique, industriel, scientifique et culturel du pays. Son nom signifie «ville de l’amour» (de l’arabe ashk – amour et du persan abad - ville). Mais selon une autre hypothèse, il proviendrait du nom de la dynastie parthe des Arsacides et par conséquent ferait remonter l’époque de sa fondation originelle au IIIe siècle avant J.C.

La ville nouvelle d’Achgabat a été fondée en 1881 à l’époque tsariste autour d’une place fortifiée, à la limite méridionale de l’empire russe.

Détruite à 90% lors d’un tremblement de terre survenu en octobre 1948, Achgabat fut reconstruite selon le modèle d’urbanisation soviétique. Son extension, pensée jusqu’à l’an 2000, se fit vers le Sud. À partir de l’indépendance et durant les années 1990, le nouveau président du pays, Saparmourad Niazov, décide de «faire disparaître» la totalité de l’héritage urbain et architectural de l’époque soviétique en recouvrant les anciens bâtiments officiels d’une couche de marbre. Une grande partie de la ville est détruite tandis que de nouveaux édifices sont inaugurés, tels que le palais présidentiel.

La capitale concentre aujourd’hui plusieurs musées dont le musée national d’histoire et d’ethnographie construit en 1999 et le musée national du tapis turkmène (1994), le plus grand du monde avec plus de 2000 tapis exposés dont les plus anciens datent du Moyen Âge.

À voir également sans hésiter, le bazar de Tolkuchka, le plus vaste marché en plein air d’Asie centrale, où l’on peut trouver une grande variété de produits alimentaires, d’objets et de vêtements de toute sorte.

Le 25 mai 2013 pour la cinquième fois la ville est incluse dans le Livre Guinness des Records comme l’une des villes du monde connue pour ses constructions en marbre blanc (plus de 500).

achgabat

© 2017 route-de-la-soie.com | Tous droits résérvés

Go to desktop version