Ispahan, Iran

Ispahan est le joyau de la Perse antique. Ville d’art par excellence, elle regorge de nombreux trésors construits au temps des Seldjoukides (XIe-XIIIe s.) puis sous la dynastie des Safavides (1598-1722). Avec ses quelques 1 600 000 habitants, Ispahan est aujourd’hui la troisième ville du pays après Téhéran et Mashhad.

De nombreux monuments construits entre le XIe et le XIXe siècle font de la ville un des joyaux du Moyen-Orient. L’architecture et l’art d’Ispahan atteint son apogée sous le règne de Chah Abbas (1587-1629). Grâce à lui, l’ancienne capitale des Safavides devint l’une des villes les plus monumentales et splendides du monde islamique. Il l’embellit d’édifices somptueux (palais de Naksh-é-Djahan ou Ala Kapi, place royale Meidan-e Chah, grande avenue Tchahar Bagh qui mesurait à l’époque plus de trois kilomètres de long) et de jardins en même temps qu’il fit venir des artistes, négociants et ouvriers. Ispahan devint ainsi une des plateformes commerciales et artistiques les plus importantes de la région.

Après la chute des Safavides au début du XVIIIe siècle, la ville déclina pendant quelques décennies mais demeura jusqu’à nos jours un important centre commercial et artisanal. Ispahan est particulièrement connu pour ses jolis tapis, sa céramique et sa faïence, mais surtout pour son filigrane d’argent.

Parmi les monuments incontournables à visiter et à venir admirer, nombre d’entre eux sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. En particulier, la place royale Meidan-e Chah (Meidan Emam) construit par le Shah Abbas 1er le Grand au début du XVIIe siècle. Cette grande place rectangulaire surnommée «l’Image du Monde» était destinée au jeu de polo, aux marchés, aux défilés militaires et aux manifestations religieuses. Elle est bordée de quatre édifices reliés entre eux par une série d’arcades à deux niveaux: la Mosquée Royale (ou mosquée de l’Imam) (1612-1627), la mosquée privée du cheikh Lotfollâh et sa famille (1602-1618), le portique de Qeysariyeh (1602-1619), et le pavillon d’Ali Qapu, petit palais timouride (XVe s.) agrandi et décoré par le chah et ses successeurs. Plus loin, la Grande Mosquée Masjed-e-Jame ou Mosquée du Vendredi, édifiée au Xe siècle, présente une architecture complexe qui retrace l’évolution de la construction des mosquées durant douze siècles. Il s’agit du plus ancien édifice préservé de ce type en Iran et d’un prototype qui servit ultérieurement pour la construction des mosquées à travers toute l’Asie centrale.

ispahan

© 2017 route-de-la-soie.com | Tous droits résérvés

Go to desktop version