Merv, Turkménistan

Ensemble avec Damas, Le Caire et Bagdad, Merv fut un important centre de commerce sur la Route de la Soie, un des plus grands sites archéologiques d’Asie Centrale et l’une des plus grandes villes du monde islamique. Son nom provient de l’ancien iranien et signifie «prairie». L’ancienne ville de Merv joua un rôle important, d’un côté pour le tourisme actuel et de l’autre dans le développement de la Route de la Soie sur plus de 2000 ans. Le site de l’ancienne Merv a été listé par l’Unesco parmi les Sites du Patrimoine Mondial.

merv

Merv est caractérisée par son édification unique. La cité est composée d’un ensemble de villes qui ont été bâties côte à côte au fil des siècles. La plus ancienne ville est Erk-Kala. Selon la célèbre inscription en trois langues de Darius le Grand à Behistun (Iran), l’existence d’Erk Kala remonte à la période Achéménide (519 à 331 avant J-C). Plus tard elle devint la citadelle de la nouvelle ville de Gyaur-Kala. Sous les ordres des Turcs Seldjoukides, une nouvelle ville nommée Sultan-Kala fut construite près de ce complexe existant.

Les premiers lotissements de Merv furent bâtis au début de IIème siècle avant J.-C. lorsque les tribus, installées au pied des montagnes du Kopet-Dag, y migrèrent. A l’Age du Bronze, les lotissements furent construits le long du lit d’un fleuve et des canaux. Déjà à l’époque des Achéménides, la citadelle d’Erk-Kala devint le centre administratif de l’oasis. Ce n’est seulement qu’à partir du IIIème siècle avant J.-C. et jusqu’au IIIème siècle que la ville fut entourée d’un mur et qu’elle fit partie de l’Empire Parthe avant d’être soumise aux Sassanides au IVème siècle. A cause des difficultés d’approvisionnement en eau au VIIème siècle, la ville migra de plus en plus vers l’Ouest jusqu’à ce qu’elle fût conquise par les Arabes.

Aux XIème-XIIème siècles, Merv fut la capitale de l’Empire Seldjoukide. La ville canalisée connut un boom économique (coton, soie) et, s’étant développée en rassemblant plusieurs cités ayant chacune leur propre histoire, s’étendit sur une surface de plus de 120 km2. Merv était la «Perle de l’Est», le centre culturel le plus important.

Au XIIème siècle, la situation de Merv devint très difficile. La cité survécut aux guerres, suivies de destructions. Le commerce fut interrompu sur la Route de la Soie. En conséquence, seuls quelques monuments magnifiques de cette période survécurent. Depuis le XIXème siècle, des fouilles et des recherches ont été menées par des archéologues pour faire renaître l’histoire de la ville. Les ruines de Merv furent déterrées vers le milieu du XXème siècle et sont sans aucun doute des témoignages du développement qui fut d’une importance capitale pour l’art de l’Islam.

Un voyage à Merv – la cité de rêve des archéologues et des visiteurs qui sont passionnés des cultures et civilisations anciennes, est le meilleur choix pour des découvertes excitantes. Le mystérieux et fascinant mausolée du Sultan Sandjar, dont le nom est associé à l’âge d’or passé des Turcs Seldjoukides, est encore particulièrement impressionnant. Le dôme légendaire, construit avec deux membranes fines, donne au « gratte-ciel » haut de 40 mètres, une unicité particulière.

Aujourd’hui vous pouvez explorer les mausolées et les restes des réservoirs d’eau souterrains dans cette ville historique. La principale attraction des ruines de Merv sont: l’ancienne ville d’Erk-Kala, Gyaur-Kala, Sultan-Kala et Abdullah Khan Bayramalihan-Kala, dont leur histoire exacte respective reste encore à découvrir par les fouilles. Le Musée historique, où sont exposées les découvertes archéologiques les plus importantes de Merv, mérite aussi d’être visité.

Les ruines de la grande forteresse de Kiz-Kala ou des châteaux du Haut Moyen Age sont aussi d’autres attractions. On estime qu’ici des forteresses et palaces qui appartenaient au résident Dekhane et aux princes locaux furent donnés.

© 2018 route-de-la-soie.com | Tous droits résérvés

Go to desktop version